Orgue ND de Grace 1 Fabriqué en 1876 dans les ateliers Louis Debierre qui se situaient à l’époque dans la rue Préfet Bonnefoy à Nantes, cet orgue appelé orgue polyphone porte le numéro 8 dans la série de ce type fabriqué à 18 exemplaires.

Vendu une première fois à la paroisse de Cuon près de Beaugé en Maine et Loire, il  a été revendu à la paroisse de Notre Dame de Grâce en 1880. Il fut alors le premier de ce type vendu en Loire Inférieure.

Cet orgue est composé de quatre demi-jeux de fond avec tuyaux en bois de huit pieds, appelés Bourdon-Flute et salicional, ainsi que de deux demi-jeux avec tuyaux métalliques de quatre pieds appelés Prestants.

S’y ajoutent deux demi-jeux à partir du Do-3, l’un étant une voix céleste, l’autre est une Trompette à anches de huit pieds.

Le son velouté exceptionnel des Prestants est le résultat d’un excellent paramétrage.

Les touches du clavier sont recouvertes d’ivoire et le buffet qui est en chêne massif renferme 232 tuyaux.

 

Cet orgue a été transporté dans une charrette à cheval, de Nantes à Notre Dame de Grâce le 24 décembre 1880 par Pierre Violain*, beau-père de Herblain Millet et grand-père maternel de Pierre Millet.

Il était prévu que l’instrument devait « sonner » la messe de minuit, mais à cause d’une tempête de neige dans les bois des environs de Malville, l’orgue est arrivé après l’office !

Le grand père Violain était désolé et vexé, mais tout fonctionnait pour la grand messe du jour de Noël !

Cet orgue a survécu au bombardement qui a détruit l’ancienne église le 7 décembre 1944 et il a été restauré en 1955 puis équipé d’une soufflerie électrique en 1980.


* Pierre Violain est né au village de La Garenne le 08 décembre 1854 et décédé le 02 mars 1929 au bourg de Notre Dame de Grâce.

(Edité avec le concours des Ets Lacorre et Robert, facteurs d’orgues à Nozay, successeur des Ets Debierre, Bouvet, Renaud.)

 

Les organistes successifs :

Julien Thébaud

Madeleine Millet

Marie Thébaud

Jean-Marie Chatelier

Yves Millet

Armand Martin

Sœur Mélanie Jubaire

Joseph Robert

Retour à l’Histoire de Notre Dame de Grâce